La synergie des substances nutritives augmente l’assimilation des substances de construction.

Toutes les substances nutritives et de construction vont être assimilées dans une certaine proportion lors de la croissance induite par l’entraînement et les catalyseurs selon le métabolisme individuel.

L’observation montre, que l’effet des substances endogènes, qui sont utilisées pour favoriser développement musculaire, est non seulement accru par un entraînement adapté mais aussi par une nutrition complète et optimisée. Ces deux éléments (entraînement et nutrition) vont stimuler la croissance et catalyser les processus de construction.

Dans la pratique on constate, que par exemple un athlète qui s’entraîne et se nourrit de façon normale est suffisamment alimenté s’il ingurgite quotidiennement 2 gr de protéine par kg de poids de corps. Mais suite à une utilisation habile de tous les catalyseurs de métabolisme, la quantité optimale de protéine augmente par jour de 3 à 3,5 gr par kg de poids de corps.

Avec cet exemple, l’effet de la synergie devient explicite : tandis qu’en principe environ 2 gr de protéine par jour sont exploitable, le pourcentage d’assimilation augmente considérablement au moyen des catalyseurs – mais doit alors à nouveau être couvert en apport de protéine conformément à l’augmentation des besoins.

Autrement dit :

Sans les catalyseurs il est absurde de s’alimenter avec 3 gr ou plus de protéine par kg de poids de corps.

Certes, sur la base d’études fondées, comme par exemple celles du professeur Wolf, il est récemment recommandé de consommer occasionnellement jusqu’à 4 gr de protéine par kg de poids de corps et par jour afin de favoriser la synthèse de la protéine musculaire au maximum. Mais ici, il est omis que par une quantité élevée de protéine le métabolisme total est retardé.
Cette surcharge protéique peut par exemple être indiquée chez des athlètes possédant une forte graisse corporelle et qui mangent peu d’hydrates de carbone afin de mincir, ou chez des athlètes qui provoquent 3 à 4 fois par jours des pics d’insuline avec hydrates de carbones afin de forcer la substance de construction à pénétrer dans les cellules musculaires. Cependant même si le principe est ingénieux, il s’agit ici uniquement de situations exceptionnelles, qui ont un caractère limité et spécial.

Dans la pratique, pour la majorité des athlètes la quantité quotidienne de protéine est optimale avec 2 gr par kg de poids de corps. Aussi, l’idéal serait que par gramme de protéine on consomme simultanément 1 gr d’hydrates de carbone car la forte réduction des hydrates de carbone au profit de l’apport en protéine n’est pas systématiquement garantie de meilleurs résultats.

Avec les catalyseurs un athlète dont l’entraînement est sérieux a des besoins quotidiens en protéine qui augmentent et passent en moyenne de 3 à 3,5 gr de par kg de poids de corps et dans cette condition seulement, une telle quantité est alors assimilable. Si l’apport d’une telle quantité n’était alors pas fournit au corps en dépit de la mise en valeur des besoins dus à l’activité stimulée du métabolisme, l’approvisionnement en protéine serait alors insuffisant. La construction musculaire seraient certes possibles mais minime en raison d’un apport en matières premières insuffisant.

Cette logique de construction n’est pas seulement valable pour les protéines, mais vaut également pour tous les principaux apports de substances alimentaires que nécessite un métabolisme stimulé .

Il est clair que plus de 5 gr de protéine par kg de poids de corps et par jours va à l’encontre de la construction, car malgré un bonne stimulation par les catalyseurs, une partie de cette forte quantité de protéine non utilisée serait alors éliminée. Il en va de même pour les lipides, les vitamines, les minéraux et oligo-éléments qui doivent être conformes à une synchronisation, car par exemple malgré un métabolisme actif, trop d’hydrates de carbone et trop de lipides se convertiraient tout simplement en graisse corporelle.

L’évolution du « Créateston » en tant que matrice de substance de construction synergique avec un effet de construction semblable aux stéroïdes :

Il est difficile pour un athlète, même s’il est spécialiste de la nutrition, de comprendre seul les principes de fonctionnement d’une matrice de substances de construction aussi complexe que le Créateston sans avoir de connaissances sur les mécanismes de la jonction des techniques physiologiques d’alimentation – De plus, dans le cadre des recherches scientifiques on découvre environ tous les 5 à 6 mois des substances de construction de plus en plus efficaces et que nous intégrons dans le Créateston.

Qui connaît par exemple MHCT (un insulogène extrait de cannelle)? Qui connaît sulforaphane/Indole- 3-Carbinol (anti-aromastase extrait de brocoli)? Qui connaît D-Pinitol (insulogene, activateur de nitrogène et assimilateur de créatine extrait de pignon de pin provenant de Chine) ?Et qui connaît réellement toutes les substances de construction que forment le Créateston et les catalyseurs ? Qui connaît bien leurs effets de synergie ?

Créateston contient par exemple du D-Pinitol, Beta-Ecdysterone, MHCT, HCA, 4-Hydroxy-Isoleucine, Polypeptid P, Saponines Stéroïdiennes de Tribulus et Fenugrec, NAC, Ca-HMB, ALA et bien d’autres substances. Ensemble, ces substances permettent d’obtenir l’effet anabolisant complet de notre produit exceptionnel « Créateston ».

Créateston, en tant que complément protéiné, ne contient pas exclusivement de la Whey-protéine mais est composé d’un ensemble de Whey-protéine-soja, qui en raison de sa forte composition en arginine et de son effet sur l’hormone moléculaire de la graisse T3/T4 est plus propre à la construction musculaire que la Whey protéine toute seule.

Pour l’emploi de chacun des ingrédients on trouve suffisamment d’informations dans les publications spécialisées, mais les substances seules sont loin de fournir la composition hormonale de façon optimale.

Le véritable secret du Créateston repose dans l’ensemble des techniques de synergie de chacune des substances, qui sont présentes dans une quantité optimale et qui agissent ensemble au bon moment. Créateston est aujourd’hui à la connaissance le meilleur produit pour la construction musculaire.

Ainsi, dans le domaine du sport de force et du bodybuilding, soyez attentif aux conséquences défavorables que peut avoir la consommation excessive ou insuffisante des substances nutritives. Une insuffisance de substances nutritives rend les progrès impossibles et un entraînement acharné reste alors sans profit ; à l’inverse, un excès des substances nutritives surcharge le corps, vous fatigue et produit en général de la graisse.

Lors du développement du Créateston, une attention particulière a été donnée au fait qu’une construction musculaire optimale peut simultanément correspondre avec une réduction de la masse adipeuse.

Dans les premiers âges de la supplémentation à base de créatine, on utilisait environ 100 gr de Dextrose ou Maltodextrine afin qu’à travers un pic d’insuline provoqué on puisse forcer à pénétrer une dose maximale d’acide aminé et de créatine dans les cellules musculaires. L’apport régulier d’une quantité d’hydrates de carbone tellement élevée conduit alors avec certitude au stockage de graisse et donne lieu à une résistance à l’insuline des cellules musculaires.
Nous en déduisons qu’il est impératif de réduire les quantités de glucides tout en trouvant le moyen de garder un fort pouvoir insulogène.

Le Créateston ne contient plus que 25 gr d’hydrates de carbone spécifique. Théoriquement, grâce au D-Pinitol on pourrait faire en sorte que le créateston contienne encore moins d’hydrates de carbone et parvenir tout de même à obtenir un pic d’insuline permettant de réussir la construction. Avec à un dosage convenable de cet extrait végétal, la résistance de l’insuline sur les cellules musculaires n’est alors plus accrue et au contraire, elle peut même être réduite, afin qu’au fil du temps la pénétration des substances de construction dans les cellules soit améliorée. MHCP, Polypeptid, 4-Hydroxy-Isoleucine, Gugull et d’autres substances insulogènes rehaussent la réponse insulinique de plus de 25%, de telle manière que tous les effets anabolisants des insulogènes arrivent à dépasser l’équivalent d’environ 100 gr de Dextrose.


Que pouvez-vous espérer du créateston et à quoi devez vous faire attention ?

Si vous utilisez pour la première fois le créateston, et que vous disposez d’un "métabolisme normal" vous allez durant les 4 premières semaines développer un gain entre 3 et 6 kg de masse musculaire et perdre environ 1 à 2 kg de graisse corporelle. Pendant ce premier mois, votre force va s’accroître d’environ 30%.

Après ce premier mois, vos progrès vont évoluer moins rapidement mais de telle sorte qu’une croissance annuelle progressive d’environ 5kg de masse musculaire solide et stable reste accessible (dans certains cas, des athlètes gagnent la première année jusqu’à un total de 15 kg de masse musculaire ).

Dans cette optique, vous devez obligatoirement tenir compte que la supplémentation de 3 gr de créatine contenue dans créateston est optimale. Après une étude approfondie, nous avons choisis de ne pas satisfaire la clientèle qui souhaitait une portion quotidienne de 5 à 10 gr de créatine, car cette quantité précise de "seulement" 3gr de créatine par jour est utile et pas plus.

Une quantité de créatine plus élevée pourrait peut-être causer en premier lieu une accélération de la construction mais engendrerait sans doute une saturation rapide avec des conséquences de stagnation. Ce qui n’est pas souhaitable. Surtout n’oubliez jamais, que des quantités de créatine trop élevées accablent les reins ( Des reins et un foie qui travaillent bien sont important pour l’ensemble du développement du métabolisme) alors prenez soins de vos organes ! Par ailleurs, le métabolisme brûle inutilement de l’énergie pour le processus d’élimination des excédents .

Chez des athlètes avec une masse musculaire particulièrement importante et chez des athlètes qui s’entraînent deux fois par jours, la posologie du Créateston c’est-à-dire 3 gr de créatine par jours peut s’avérer insuffisante.
Mais chez ces athlètes les autres nutriments (protéine, hydrates de carbone…) qui sont fournis par une dose de Créateston sont également insuffisant pour couvrir les besoins de la construction. Par conséquent, afin de couvrir parfaitement ces besoins, vous devez consommer dans le cas échéant 2 à 3 doses de Créateston par jours.

En outre, on peut constater que chez ces athlètes l’aspect de recherche d’une santé pure est d’avantage mis au second plan que chez les athlètes fitness (Nous entendons par là que le sport est sain mais que le sport de haut niveau peut être traumatisant et n’est pas forcément un gage de santé). Ces athlètes devraient donc minimiser l’enjeux des risques sur la santé (c’est pourquoi ils doivent boire beaucoup d’eau afin de protéger les reins et le foie).

Créateston peut tel qu’il a été conçu, être consommé sur le long terme et sans pause. Vous allez obtenir une croissance régulière grâce à une force et un anabolisme musculaire constants. Oubliez tous les compléments que vous avez déjà essayé auparavant sous forme de cycle (principe de "cure") et utilisez donc le créateston en tant que produit de pointe issu des dernières recherches sur les techniques de supplémentation afin d’obtenir des progrès réguliers.

Si vous êtes ce qu’on appel un "hard gainer", c’est-à-dire un athlète plutôt sec et que vous construisez une masse musculaire de façon lente, vous devriez consommer, environ une demie heure après le créateston, une boisson liquide. En tant que compléments efficaces , nous vous proposons environ 50 gr de Dextrose/Maltodextrine (comme par exemple notre Glucofast) et environ 25 gr de Whey-Soja proteine (tous les deux dilués dans de l’eau par exemple) qui vont permettre de renforcer les effets du créateston.

En tant qu’ « hard gainer » votre soucis est que votre organisme nécessite beaucoup d’énergie et que les substances de construction contenues dans le créateston sont utilisées en partie en tant que "combustible". pour pallier à ces besoins en énergie et non en tant que "substance de construction pour la masse musculaire". Vous pouvez résoudre ce problème avec une bonne nutrition de base et en associant avec le créateston une boisson comme énoncé précédemment. Ainsi, le créateston devient aussi pour les "hard gainers"un supplément fiable et efficace pour la croissance musculaire.

Si vous avez tendance à stocker facilement de la graisse ("soft gainer"), vous devriez absolument surveiller et limiter votre consommation d’hydrates de carbone. Comme le créateston fournit par prise uniquement 25gr d’hydrates de carbone, il n’est donc pas possible qu’à lui seul il favorise le stockage de la graisse corporelle.

Aussi, par mesure de sécurité, vous devez tenir compte de ces 25g de glucides supplémentaires et surveiller l’apport des autres hydrates de carbone lors de vos repas afin de garder un équilibre cohérent des nutriments dans votre alimentation journalière.
Les hydrates de carbone contenu dans le créateston sont également très important pour les "soft gainer" car prit immédiatement après l’entraînement le supplément permet de démarrer rapidement l’action de construction et de régénération.